Le guide de votre bien-être à domicile

Musicothérapie

Pourquoi la musicothérapie ?

musique

© Denis Gvardiyan - Fotolia.com

À quoi sert la musicothérapie ? À qui s'adresse cette thérapie par la musique ? Que peut-on attendre d'un musicothérapeute ?
  1. Bienfaits et indications de la musicothérapie
  2. Missions du musicothérapeute

Bienfaits et indications de la musicothérapie

La musicothérapie permet de soigner, soutenir ou rééduquer des personnes ayant des difficultés comportementales, relationnelles ou de communication. Elle s'adresse autant à des patients présentant des troubles psychoaffectifs, sensoriels, psychologiques que physiques.

La musicothérapie est particulièrement indiquée dans les traitements contre la maladie d'Alzheimer ou la maladie de Parkinson. Traditionnellement, le recours à la musicothérapie s’inscrit dans l’accompagnement dédié aux personnes souffrant d'autisme, de handicap ou de déficience mentale. La musicothérapie intervient également dans l’accompagnement de fin de vie.

Au quotidien, la musicothérapie, active ou réceptive, s'adresse aussi aux personnes souffrant de stress ou de troubles du sommeil. Elle est également conseillée lors d’une dépression, notamment parce qu’elle induit un état de détente et de relaxation propice au lâcher-prise. Un exercice qui peut aussi profiter aux femmes et à leur bébé, lors d’une grossesse. À chacun de choisir le thérapeute et le groupe adaptés à ses besoins…

Missions du musicothérapeute

Pour pratiquer la musicothérapie, un praticien suit une formation aux techniques qu'il encadre. Un bon professionnel doit être en mesure d’évaluer les besoins, les capacités et les difficultés de chaque patient. C’est ainsi qu’il saura repérer la nature de sa souffrance (physique ou psychique). Il doit adapter ses techniques à son public pour recréer la communication et aider chacun à exprimer son potentiel. Son rôle est de maintenir l'autonomie du patient et induire un changement ou un développement positif dans sa vie.

Pour cela, le praticien doit analyser continuellement la relation thérapeutique qu'il noue avec son patient et son entourage. S'adapter, être capable d'interagir avec d'autres professionnels de la santé, la famille du patient, une institution… et savoir répondre aux demandes est indispensable. Enfin, assurez vous qu’il sait aussi respecter le secret professionnel.